•               La rentrée

     

    Un peu de sable sous mes pieds

    Ce matin , c’est la rentrée.

    Ma peau gorgée de soleil

    Ce matin, j’ai un peu sommeil.

    Mon sac de plage est rangé,

    Ce matin,  cartable et cahiers.

    Ma famille et  mes cousins ,

    Ce matin , salut les copains.

    4 saisons vont défiler

    Ce matin, c’est encore l’été

    Ensemble , pour apprendre

    Ensemble pour comprendre

    Mais  une place pour chacun

    Ce matin, bonjour le CE1 !

                         C. Roque

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Sur mes cahiers d’écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable de neige
    J’écris ton nom

    Sur toutes les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J’écris ton nom

    Sur les images dorées
    Sur les armes des guerriers
    Sur la couronne des rois
    J’écris ton nom...

    ...

    Sur toute chair accordée
    Sur le front de mes amis
    Sur chaque main qui se tend
    J’écris ton nom

    Sur la vitre des surprises
    Sur les lèvres attendries
    Bien au-dessus du silence
    J’écris ton nom...

    ...

    Et par le pouvoir d’un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    Liberté

     

          Paul Eluard

     

     


    votre commentaire
  • poésies 2012-2013

     

     

    poésies 2012-2013

    Télécharger « poésies 2012-2013.pdf »

     


    1 commentaire
  • Télécharger « la rentrée.png »


    2 commentaires
  •  

    Trois feuilles mortes 

    Ce matin devant ma porte,
    J'ai trouvé trois feuilles mortes.

    La première aux tons de sang
    M'a dit bonjour en passant
    Puis au vent s'en est allée.

    La seconde dans l'allée,
    Au creux d'une flaque d'eau
    A sombré comme un bateau.

    J'ai conservé dans ma chambre
    La troisième couleur d'ambre.

    Quand l'hiver sera venu,
    Quand les arbres seront nus,
    Cette feuille desséchée,
    Contre le mur accrochée
    Me parlera des beaux jours
    Dont j'attends le gai retour.

                         Raymond Richard

     


    1 commentaire
  •  La dernière pomme

    Vais-je tomber, ne pas tomber ?
    Se disait la dernière pomme.

     J'ai résisté aux vents d'automne,
    Aux pluies ,aux premières gelées:

    - Il ne faut pas que j’abandonne
    Mon fidèle ami , le verdier.
    Vais-je tomber, ne pas tomber ?
    Il y va de mon cœur de pomme.

    Je suis d'or rouge et de miel jaune
    Comme une lune à son lever
    Et j’éclaire tout le pommier.
    Non, non, verdier, je me cramponne,
    J'attendrai l'hiver pour tomber.

                                      Maurice Carême

     


    votre commentaire
  •  C'est la récré 

    Mes doigts sont pleins de craie :
    Le pouce est rouge
    L'index est jaune
    Le majeur est bleu
    Et l'annulaire est vert.
    L'auriculaire a su mieux faire :
    Il est tout blanc !
    Mes doigts sont pleins de craie,
    Heureusement, c'est la récré.

                        Pierre Ruaud

     


    votre commentaire
  •                                                                                  vive_la_rentr_e_mini_1_          La rentrée

    C’est bientôt la rentrée

    La maîtresse est pressée

    De préparer les cahiers

    Des nouveaux  écoliers

    C’est bientôt la rentrée

    Mon cartable est fin prêt

    Dedans, tout y est rangé

    Maman s’en est occupée.

    Ça y est , c’est la rentrée,

    Le grand jour est arrivé

    Ce matin , j’ai un peu peur

    Mais bientôt quel bonheur

    D’avoir enfin dans les mains

    Ce livre qui demain

    Fera de moi un grand,

    La lecture, c’est géant!

    Céline Roque


    votre commentaire
  • Pour mon père
    Mon père aimé, mon père à moi,
    Toi qui me fais bondir
    Sur tes genoux
    Comme un chamois,
    Que pourrais-je te dire
    Que tu ne sais déjà?
    Il fait si doux
    Quand ton sourire
    Eclaire tout
    Sous notre toit !
    Je me sens fort, je me sens roi
    Quand je marche à côté de toi.
             Maurice Carême

    votre commentaire
  • Maman

    Maman,   Maman

    Il   pleut   des   roses.

    C'est   le   printemps

    Qui   les   dépose.

    Moi,   je   choisis

    Celle   qui   tremble

    Car   aujourd'hui,

    Tu   lui   ressembles.

    Tu   es,   Maman,

    Comme   une   fleur

    Dont   on   entend

    Battre   le   coeur.

                              Pierre Coran


    votre commentaire
  • Mon petit chat

    J'ai un petit chat,

    Petit comme ça.

    Je l'appelle Orange.

    Je ne sais pourquoi

    Jamais il ne mange

    Ni souris ni rat.

    C'est un chat étrange

    Aimant le nougat

    Et le chocolat.

    Mais c'est pour cela,

    Dit tante Solange,

    Qu'il ne grandit pas !

    Maurice Carême


    votre commentaire
  •  

    Mes peurs…

    Quand j’ai peur dans la nuit,

    Je rappelle maman:

    « Ne pars pas, je t’en prie,

    Je m’effraie quand j’entends:

    Le galop des souris,

    Le gros loup ronchonnant,

    La sorcière qui ricane

    Et le fantôme géant! »

    Alors maman me dit :

    « Ne crains rien mon enfant

    Car au fond de ton lit,

    Moi je sais qu’on entend:

    La chanson de la pluie

    Et l’avion qui descend,

    La vieille chouette des cabanes

    Et le souffle du vent. »

     

    Anne Schwarz-Henrich 


    votre commentaire
  •  

    Le chat

    Le chat ouvrit les yeux,

    Le soleil y entra.

    Le chat ferma les yeux,

    Le soleil y resta,

    Voilà pourquoi, le soir,

    Quand le chat se réveille,

    J'aperçois dans le noir

    Deux morceaux de soleil.

    Maurice Carême 


    votre commentaire
  • LIBERTE

            Sur mes cahiers d’écolier

           Sur mon pupitre et les arbres

           Sur le sable, sur la neige,

    J’écris ton nom.

    Sur toutes les pages lues

    Sur toutes les pages blanches

    Pierre sang papier ou cendre

    J’écris ton nom. 

    Et par le pouvoir d’un mot

    Je recommence ma vie,

    Je suis né pour te connaître

    Pour te nommer

    Liberté.

    Paul Eluard 


    votre commentaire
  • Le premier papillon

    Le premier papillon s'envola dans le pré,

    lança vers le soleil un bonjour bien joyeux,

    dans un nuage blanc s'égara un moment,

    battit de l'aile frêle et descendit, prudent;

    batifola un peu, insouciant et léger,

    de tous ces va-et-vient se sentit fatigué,

    s'assit sur une fleur, lui dit: que tu sens bon!

    Tel fut le premier jour du premier papillon.

                            Wladyslaw Broniewski


    votre commentaire
  •  

    L’ENFANT GRONDÉ 

     

    Devant le maître qui enrage,

    Ses yeux s’embuent, son front rougit,

    Pourquoi n’a-t-il pas été sage?

    Il ne sait pas, il ne sait plus…

    Mais toute la classe le dévisage,

    Lui qui ruisselle comme la pluie.

    Autour de lui, l’orage fait rage,

    Tempête de mots, tempête de cris,

    Sous son ciel bas, plein de nuages,

    Il se sent seul et tout petit…

    Petit enfant qui fait naufrage

    Quand son gros cœur est englouti.

    Anne Schwarz-Henrich 


    votre commentaire
  • Grognognon_le_cochon

     

    Grosgnongnon le cochon

     Grosgnongnon le cochon

    Rouspète en toute saison

    Pour un oui, pour un non

    Au printemps quand il fait doux

    Il dit qu'il se sent tout mou

    En été, quand il fait chaud

    Et qu'il se met en maillot

    Il se trouve un peu trop gros

    Lorsque s'approche l'automne,

    Grosgnongnon baille et frissonne.

    Et, quand arrive l'hiver

    Grosgnongnon est en colère :

    Il n'aime pas son bonnet

    Qui lui tombe sur le nez!

    C'est ainsi toute l'année

    Ce qu'il aime, c'est rouspéter.

    Claude Clément 


    votre commentaire
  • BONJOUR

    Comme un diable au fond de sa boîte

    Le bourgeon s’est tenu caché…

    Mais dans sa prison trop étroite

    Il bâille et voudrait respirer.

    Il entend des chants, des bruits d’ailes,

    Il a soif de grand jour et d’air,

    Il voudrait savoir les nouvelles,

    Il fait craquer son corset vert.

    Puis d’un geste brusque il déchire

    Son habit trop étroit et court,

    « Enfin, se dit-il, je respire,

    Je vis, je suis bien - bonjour! »

    Paul Géraldy


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique